Démantèlement de la centrale nucléaire à Brennilis. Débat vidéo

Publié le par Secrétaire temporaire

mardi 20 octobre 2009

Avertissement de patrig, dans le mème esprit que ce qui a déjà été dit, ce texte est la pour visualiser la mise en page, et uniquement que pour cela. Ce reportage est également en ligne sur le site SDN réseau


Organisée par la président de la Commission locale d’Information sur le démantèlement de la centrale de Brennilis (29) le 15 octobre à Locqueffret (29), cette réunion a permis des échanges fournis entre les intervenants ( Pierre Maille, président du Conseil général du Finistère, président de al CLI, représentant d’EDF...) et une salle composée de nombreux élus locaux et représentants associatifs.


Une première partie de la vidéo présente le résumé de la présentation de l’enquête publique par Pierre Maille, le sous préfet de Châteaulin, et la commissaire-enquêtrice désignée par le tribunal administratif.

 

Ici la demande du report de l’enquête publique par AE2D et SDN Cornouailles, les motivations.

 

 

 

 

La deuxième partie présente l’exposé du chantier de démantèlement par le représentant d’EDF, directeur de la centrale nucléaire de Brennilis

 

 

 


La troisième partie:

3/1 : La fin prématurée de l'hypothèse « Actinium naturel »?
Et de l'indépendance réelle de l'association choisie par la CLI pour étudier ce dossier complexe? Nicole Jacquin, militante écologiste nous rappel quelques anomalies des conclusions du rapport de l’ACRO.

3/2 : Beaucoup de  flou en ce qui concerne les réserves financières pour ce chantier gigantesque qu'est et sera le démantèlement du parc des 58 réacteurs français ! 2 milliards d’euros sont prévus et « hyper sécurisés et surveillés par la CDC» pour le démantèlement des  9 premiers réacteurs nous dit-on, alors qu'il en faut déjà près d’1/2 milliard rien que pour celui-ci à Brennilis ! (482 millions d’euros)

La réserve de l’EDF est actuellement de 10 milliards d’euros pour ce chantier titanesque ? Elle avait été estimée à 24 par la Cour des Comptes en 2004/05 dans un rapport qui avait fait grand bruit à l’époque, un dossier brulant dont toute la presse s’en était emparé !

Comment un tel écart peut-il être justifié, le traitement ultime des déchets est-il inclus dans ces sommes ? D’où sort le chiffre  de 29 milliards annoncé par M. Dubuis (l’ancien directeur de la centrale) dans la presse à l’automne 2008, une annonce étonnante d’autant qu’au même moment, il nous expliquait que l’EDF ne communiquerait plus le montant exact pour le chantier des Monts d’Arrée !

Ces sommes suffiront-elles pour la totalité de ce  chantier ? Les provisions suivront-elles durant cette période plus que trouble et tellement propice à de nombreuses et nouvelles aventures en externalisation de la part de  l’industriel atomique. (en ex : British Energy à 15 milliards d’euros).

3/3 : Une troisième partie de cette réunion d’information qui s’achève par l'avis de Michel Marzin ex-technicien du CEA qui a participé à l'arrêt définitif de ce réacteur à eau lourde. Autant dire qu'il connait le dossier,  et de mon point de vue, son avis vaut celui d’un expert et qu’un expert sans chiffre, ne peut que rejeter le dossier de consultation et dans l’état.

 


 

Loquefret 4 éme et dernière partie:

- Les doutes sur le suivi médical des travailleurs du nucléaire, les normes dans ce secteur industriel sont elles suffisantes pour protéger les opérateurs et au vue des périodes d’incubation des cancers liés aux faibles doses et reçues pendant longtemps.

- Des installations entièrement robotisées, affirment les responsables de l'EDF, c'est donc qu'il y a de quoi s'inquiéter, et que le cœur de ce réacteur n'est pas simplement qu’une chocolaterie (comme le dit si bien Chantal Cuisnier de SDN Cornouailles), un peu comme semble considérer ce chantier par un certain publique ici à Loquefret !

- Les syndicats ont-ils du poids ? Et de quel syndicalisme s’agit-il, celui a plusieurs étages constaté lors de l'enquête sur les "nomades" du nucléaire ? En tous les cas, le président Pierre Maille, semble croire à leur efficacité.



Le commentaire du monteur :


Alors que les associations demandent un débat national sur ce sujet depuis de longue date et que rien n’arrive, il est tout de même surprenant que l’EDF puisse ainsi  faire appel en soutien des autres expériences internationales (des concurrents en principe) et pour vendre  leur concept de démantèlement urgent  du réacteur de Brennilis !  (La déclaration du directeur en 2 éme partie : « des réacteurs ont déjà été démantelés, en Allemagne, aux USA… »)


Il est aussi affligeant de constater la réaction du Maire de Loqueffret, qui ne s’inquiète pas le moins du monde que de « l’actinium naturel »  aurait été également retrouvé dans le Limousin !  De l’actinium « naturel » qui a servit à clore le débat sur ce point précis ici dans les Monts d’Arrée, puisque là bas ça existe, pourquoi pas ici ! Sauf que cette découverte a été gommée par l’ACRO avant la remise de leur rapport à la CLI , la proximité d’une ancienne mine d’uranium de la COGEMA dans ce Limousin si lointain pour le Maire de Loqueffret, n’étant bien sur pas totalement étrangère a cette découverte de nouveau disparue !


A suivre, une dernière partie de cette réunion qui a été  riche en échanges et qui sera suivit également d’un autre mini-reportage croisé des deux débats qui ont eus lieu à Huelgoat (RAS nucléaire) et de cette soirée de « motivés » à Loquefret.


Merci et Bravo à tous pour vos participations.


Nous remercions, M. Pierre Maille président de la CLI et du CG 29 d’avoir ainsi accepté la réalisation de ces images par notre association lors de cette réunion d’information à Loqueffret.


Patrig Kéméner ( bien entendu tous ces textes ne sont pas amenés à rester là )


En Bonus, la deuxième réunion, organisée par l'enquètrice

 


 

 

Publié dans NUCLEAIRE CIVIL

Commenter cet article